Banques Européennes : La confiance n’est pas au rendez vous !

Le Deposit Facility remonte bien vite… !…et bien haut !


Que faire la nuit de ses liquidités …les garder à la maison , les prêter à une banque ou les confier à la BCE ?

DEPOSIT FACILITY: « dépôt over night » auprès de la Banque centrale européenne (BCE) de l’excès de liquidité des banques commerciales de la zone euro.

Un niveau élevé reflète la méfiance dans les marchés du crédit interbancaire, où les banques préfèrent utiliser les facilités de dépôt de la BCE à faible risque pour les fonds excédentaires plutôt que de les prêter à d’autres banques.

Lorsque les marchés fonctionnent correctement, les banques n’utilisent l’établissement que pour quelques centaines de millions euros en soirée.

Plus ce chiffre est élevé, plus le déséquilibre du marché interbancaire est important.

Il peut être considéré comme un indicateur de l’aversion au risque des banques à se prêter entre elles.

Une remontée traduit un regain de tension au sein des banques et une baisse le retour de la confiance interbancaire.

En situation normale, ce chiffre doit être proche de 0.

Il semblerait que le manque de confiance des banques entre elles, met en évidence des informations inquiétantes que nous ignorons.

Publié dans Analyse fondamentale, Economie | Laisser un commentaire

Amerique du Nord : Baisse de l’indice de confiance des investisseurs.

Tout n’est qu’une question de confiance ..!

www.statestreet.com

L’Indice mondial de la confiance des investisseurs s’établit à 109,1 en avril, en baisse de 5,7 points par rapport au niveau de 114,8 (en données corrigées) enregistré en mars.

  • Le recul est principalement dû au repli de l’indice en Amérique du Nord, passé de 123,7 à 115.
  • En Asie, l’indice cède 4,2 points à 107,8 tandis qu’en Europe, l’indice enregistre la baisse la plus faible, passant de 95,8 à 95,3.

L’indice évalue de manière quantitative l’appétit des investisseurs pour le risque en analysant les tendances se dégageant des achats et des ventes effectués par les investisseurs institutionnels.

L’indice attribue une signification particulière aux changements de sentiment des investisseurs vis-à-vis du risque : plus le pourcentage de leurs placements en actions est élevé, plus leur tolérance au risque, et par conséquent leur confiance, est grande.

100 correspond au niveau neutre, où les allocations des investisseurs en actifs à haut risque n’augmentent pas plus qu’elles ne diminuent.

L’indice diffère des mesures fondées sur des enquêtes, car il s’appuie sur les transactions réellement effectuées par les investisseurs institutionnels, et non sur leurs opinions.

La confiance dans le monde a accusé un repli modéré en avril, les investisseurs jugeant certaines valorisations tendues suite à la reprise récente du marché des actions et des matières premières

Les perspectives décevantes fournies par les entreprises ont été compensées par les attentes d’un assouplissement supplémentaire dans la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne et de la Banque du Japon.

À défaut d’une action des banques centrales dans ce sens, les investisseurs seront attentifs à l’amélioration des données fondamentales de l’économie pour poursuivre le rallye à l’avenir .

Nous avons observé un recul de la confiance des investisseurs dans toutes les régions, la plus modeste étant en Europe, où les investisseurs étaient déjà plus pessimistes qu’ailleurs
Ceci implique que les mesures d’assouplissement majeures prises par la BCE en mars ont suffi à stabiliser mais pas à stimuler la confiance dans la région .

Publié dans Economie | Laisser un commentaire

Ralentissement de la croissance Américaine

Les USA semblent avoir quelques problèmes avec leur croissance !

La croissance économique américaine a ralenti sévèrement au 1er trimestre

La croissance économique aux États-Unis a ralenti plus sévèrement que prévu au 1er trimestre, marquée par une décélération des dépenses des consommateurs et une chute des investissements des entreprises, selon la première estimation du département du Commerce publiée jeudi.

Le Produit intérieur brut (PIB) américain n’a progressé que de 0,5% de janvier à mars, en rythme annualisé et données corrigées des variations saisonnières.

C’est la plus faible expansion depuis l’hiver 2014.

Ce chiffre a déçu les analystes qui tablaient dans leur prévision médiane sur +0,9%, après une croissance modérée de 1,4% au dernier trimestre 2015.

En 6 mois, la situation économique américaine n’a fait qu’empirer.

«Le ralentissement de la croissance reflète une chute plus prononcée des investissements non résidentiels, une décélération des dépenses de consommateurs, un recul des dépenses fédérales et des importations devenues positives», a souligné le gouvernement dans un communiqué.

Les dépenses des consommateurs, qui sont le moteur traditionnel de l’économie américaine, n’ont avancé que de 1,9%, leur plus faible progression depuis le 1er trimestre 2015.

Le ralentissement est frappant sur les achats de biens qui ont stagné (+0,1%), reflétant notamment l’atonie des prix et inscrivant la plus mauvaise performance en presque cinq ans.

L’autre mauvaise nouvelle est la chute des investissements des entreprises (-5,9%), le rythme le plus bas depuis le 2e trimestre 2009, en pleine récession.

Elle est particulièrement flagrante dans l’industrie extractive déprimée par les faibles prix du pétrole, avec une chute de 86% des investissements, la plus sévère jamais enregistrée, a indiqué une statisticienne.

Les industriels ont aussi moins investi dans les stocks.

Les exportations ont poursuivi leur retrait (-2,6%), handicapées par un dollar fort tandis que les importations ont légèrement progressé (+0,2%), ce qui pèse sur le PIB.

Les dépenses de l’État fédéral sont reparties à la baisse à -1,6%.

33% des Américains n’arrivent même plus à subvenir à leurs besoins élémentaires.

Economie U.S 2016: les WARNING s’affolent.

Au rang des points forts, le marché immobilier, à travers les dépenses résidentielles, a fait un bond de 14,8%, le rythme de croissance le plus fort depuis la fin 2012.

La Réserve fédérale (Fed) qui a maintenu ses taux d’intérêt inchangés mercredi, a prévenu que la croissance avait ralenti, notant l’affaiblissement des dépenses des ménages et des exportations.

Mais elle a assuré qu’à l’avenir, l’activité économique allait «croître de façon modérée».

Le gouvernement publiera le 27 mai sa deuxième estimation de la croissance au 1er trimestre.

Source:affaires.lapresse.ca….businessbourse.com

Publié dans Analyse fondamentale, Economie | Laisser un commentaire

Grand jeu: Qui aura la plus grosse dette ?

La dette publique de la Chine dépasse celle des Etats-Unis

  • Le poids de la dette de la Chine ne cesse d’augmenter et est désormais comparable aux indices de la zone euro et des Etats-Unis.

Le poids de la dette du pays a atteint 237% de son PIB.

  • Cependant, selon la Banque des règlements internationaux, la dette cumulative de la Chine au troisième trimestre de l’année 2015 était de 259% de son PIB contre 248% du PIB pour les Etats-Unis et 270% du PIB pour la zone euro, rapporte le journal Financial Times.

« N’importe quel pays serait en crise ou en récession suite à une telle augmentation de la dette publique », estime Ha Jiming, stratège d’investissements de la banque Goldman Sachs.

Le Japon, qui est pour le moment en stagnation, est en tête de ce classement, avec une dette s’élevant à 379% du PIB.

  • La Grèce occupe la deuxième place avec une dette atteignant 300% du PIB.

Selon le journal, la Chine ne doit pas redouter la croissance de sa dette, mais il faut tout de même prendre en considération la vitesse de cette croissance.

En effet, en 2007, le poids de la dette du pays était inférieur à 148% du PIB.

Publié dans Economie | Laisser un commentaire

Très chers PER…trop chers PER !

April 17, 2016 by

Parlons PER …

  • Le PER (PE) désigne le rapport de la capitalisation boursière sur les bénéfices nets.
  • Le Price Earning Ratio est en quelque sorte la « cherté » de l’indice par rapport à ses bénéfices réels ou par rapport à ses bénéfices anticipés dans le cas du P.E.R. anticipé.
  • Plus le P.E.R. est faible, plus l’indice est considérée comme bon marché.
  • LePrice Earning de l’indice CAC 40, est calculé à partir d’un bénéfice net par action (BNPA) en glissement annuel.

Le PER Actuel du CAC 40 de 21.89 signifie que l’indice se paye à 21.89 ans de bénéfices nets.

cliquer sur le tableau pour l’agrandir

  • PE> 15 est considéré au dessus de sa valeur.
    …( les indices sont trop chers )
  • PE = 15 est considéré à sa juste valeur.
    …( les indices sont a leur prix )
  • PE <15 est considéré comme sous sa valeur.
    …( les indices sont bon marché )

De mémoire en 1987 le PER du principal indice français était descendu à 7… et déjà à l’époque un niveau aussi bas avait impressionné l’équipe Quiperdgagne

Publié dans Analyse fondamentale, Economie | Laisser un commentaire

USA: Les faillites ont grimpé en flèche!

Le Total des dépôts de faillite commerciales par des sociétés de toutes tailles et d’ autres entités commerciales au premier trimestre a bondi de 24% par rapport à il y a un an, à 9208, selon l’ American Bankruptcy Institute .

  • Soit une augmentation de 24 % des 7.438 documents déposés au cours de la même période en 2015.

Sur ce total, les dépôts au titre du Chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis  ont augmenté de 9% à 1,419.

  • Soit une augmentation de 9 pour cent des 1300 de l’an dernier à 1.419 au cours des trois premiers mois de 2016.

En Mars, le total des dépôts de faillite commerciale par des entreprises de toutes tailles et d’autres entités commerciales ont fait un bond de 25% par rapport à il y a un an à un total de 3351, avec les deux plus grands coupables à savoir :

  • l’énergie et la vente au détail.
Publié dans Economie | Laisser un commentaire

Comme en 2008, les sociétés font défaut sur leur dette !

Même si le cours des actions monte en flèche,…

les défauts sur les dettes de grandes entreprises explosent à un niveau que nous avons jamais vu depuis la dernière crise financière.

  • Depuis le début d’année, 46 entreprises ont fait défaut sur ​​leur dette, ce qui est le niveau le plus élevé depuis 2009, selon S&P Ratings Services.
  • Parmi celles qui ont fait défaut sur leur dette cette année dans le monde, 37 d’entre-elles sont des entreprises basées aux États-Unis
  • Dans tous les secteurs, les revenus des sociétés et les bénéfices des entreprises sont en baisse.
  • A ce stade, les bénéfices des sociétés du S&P 500 ont plongé de 18,5 % par rapport au sommet qui avait été atteint à la fin de l’année 2014, et il est prévu que les bénéfices des sociétés baissent de 8,5 % pour le premier trimestre 2016 par rapport à la même période il y a un an.
  • Les bénéfices des entreprises américaines ont baissé et vont baisser encore plus, ce qui va entraîner des difficultés pour rembourser les crédits contractés et qui sont colossaux.

L’une des principales raisons pour lesquelles la dette des entreprises est dégradée vient du fait que beaucoup de ces grandes entreprises se sont énormément endettées en rachetant leurs propres actions.

La dégradation de la notation de la dette des entreprises est liée à la «rémunération des actionnaires», du fait des programmes de rachats d’actions et des dividendes qui se sont envolés.

  • En mars 2015, le nombre d’entreprises qui émettaient de la dette et dont la note avait été dégradée était de 32.
  • Ce chiffre a bondi à 48 en Décembre 2015, et il vient d’atteindre 61 en Mars 2016.
  • Par conséquent, le nombre d’entreprises qui émettent de la dette et dont la note a été dégradée a presque doublé sur 12 mois.
  • La dernière fois que ce nombre de dégradations attribuées à l’ingénierie financière avait atteint 61, c’était au début de l’année 2007.
  • Il avait atteint un sommet à 79 à la mi-2007, quelques mois avant le début de la grande récession au quatrième trimestre de l’année 2007.
  • A l’époque, les actions étaient sur le point de s’effondrer.

Lorsque les sociétés entrent sur le marché et rachètent leurs propres actions, elles s’auto-détruisent à petit feu.

Mais nous avons vu ces rachats d’actions monter en flèche pour deux raisons.

  • Premièrement, les grands investisseurs veulent voir grimper le cours des actions, et ils ont vraiment tendance à apprécier ces rachats d’actions et soutiendront les dirigeants d’entreprises qui souhaitent le faire.
  • Deuxièmement, si vous êtes un dirigeant d’entreprise qui a reçu énormément de stock options, vous voudrez aussi voir le cours de vos actions monter.

Ainsi, cette cupidité et ces rachats d’actions ont alimenté en grande partie la hausse du cours des actions américaines à laquelle nous avons assisté récemment.

Cependant, dans le monde financier, rien ne dure éternellement, et cette bulle irrationnelle finira bien par imploser.

Source: theeconomiccollapseblog

Publié dans Economie | Laisser un commentaire

Les 10 règles d’or du trader

Par Boursomaniac

Avant de jouer …il faut définir les règles !

Les 10 règles d’or que chaque trader doit suivre

  • On dit parfois que les « règles sont faites pour être transgressées ».
  • Quand il s’agit de votre argent, il vaut mieux oublier ce dicton.
  • Si vous développez votre propre stratégie de trading, alors vous devrez vous imposer des principes et respecter une série de règles pour garantir des investissements gagnants.

Les 10 règles suivantes vous permettront d’appliquer une stratégie de trading raisonnable, avec des objectifs chiffrés et en mettant l’émotionnel de coté.

  1. Ne renforcez pas une position perdante – la volonté de faire diminuer le prix moyen d’achat en renforçant une position perdante vous conduira à la perte, dans tous les cas. Un autre adage boursier dit que « la tendance est votre amie ». Renforcer sa position alors que vous êtes du mauvais coté de la tendance ne fera qu’alourdir vos pertes.

  2. N’essayez pas d’arracher la dernière pépite – Certains traders essayent à tout prix de vendre juste avant la correction des marchés boursiers ou d’acheter avant même la confirmation de retournement haussier. Tout ça, pensent-ils, pour maximiser leurs profits. Cette stratégie est toujours perdante car elle implique plus de risques que de bénéfices. Si finalement la tendance se révèle ne pas être avec vous, vous perdrez alors beaucoup plus.

  3. Acceptez la défaite – Si la tendance n’est pas avec vous ou que le seuil d’invalidation que vous avez fixé est dépassé, alors sortez du marché! Ne vous entêtez pas avec vos convictions personnelles et mettez votre ego de côté. C’est certainement la règle la plus simple à expliquer mais la plus complexe à mettre en oeuvre.

  4. N’investissez que lorsque vous êtes prêt – L’émotion joue un rôle tellement important dans le trading que si vous n’êtes pas physiquement et mentalement prêt, il vaut mieux reporter ses investissements à un autre jour. C’est aussi l’avantage du trading; ne travailler que lorsqu’on en a vraiment envie. Ne faites pas les choses à contre-cœur car vous prendrez de mauvaises décisions.

  5. Faites-vous une idée du marché – Avant de commencer une séance de trading, évaluez la tendance générale du marché. Ainsi, il sera toujours moins risqué de trader dans le sens de la tendance générale que contre celle-ci. Cependant, vous pourriez identifier des opportunités de trading qui vont à l’encontre de la tendance générale. Protégez votre capital, si vous identifiez une opportunité de trading qui va à l’encontre de la tendance générale, investissez une position plus petite que si l’opportunité de trading allait dans le sens de la tendance générale.

  6. Soyez patient et respectez votre objectif de cours – C’est l’une des règles la plus difficile à respecter. Lorsque vous êtes dans un trade gagnant et que vous engrangez des profits importants, vous pourriez perdre vos repères et ne plus savoir quand sortir du marché. Vous êtes alors tiraillé par des arguments contradictoires et l’émotionnel reprend le dessus. Pour éviter cette situation, fixez un objectif de cours avant de prendre position et sortez du marché lorsqu’il est atteint.

  7. Ne vous faites pas influencer pas l’extérieur – Vous pratiquez l’analyse technique et graphique? Alors concentrez-vous uniquement sur les marchés, leurs prix et leurs volumes. Ne prêtez aucune attention aux nouvelles venues des marchés. En effet, les nouvelles qui vous parviendront seront déjà intégrées dans les prix avant même que vous n’en soyez informé. Votre stratégie de trading ne doit se focaliser que sur le mouvement des prix et des volumes.

  8. Il n’y a aucune évidence – Ne cédez jamais aux vérités toutes faites. Lorsque quelque chose s’avère évident, ne rentrez pas dans le marché. L’exemple du prix du baril de pétrole qui ne tombera pas en dessous des 40$ en est édifiant. Beaucoup de traders ont parié sur un rebond alors que les prix ont ensuite largement enfoncés ce niveau.

  9. Le marché sera illogique jusqu’au moment où vous le comprendrez – Encore une fois, le marché à toujours raison. Prenez ce principe en compte et utilisez-le comme facteur-clé dans votre stratégie de trading. Demandez-vous toujours à quel niveau de prix votre analyse ne sera plus valide.

  10. Respectez les règles que vous avez fixé – Définissez un objectif de cours et un seuil d’invalidation et ne prenez aucune décision avant que ce niveau ne soit atteint. Trop d’investisseurs s’impatientent ou changent leur analyse en cours de route. C’est la meilleure manière de n’engranger aucun profit et de collectionner les pertes.
Publié dans Analyse technique, Economie | Laisser un commentaire

Mardi 19.04.2016 débute la distribution des dividendes !

La saison du détachement des dividendes du CAC commence mardi 19 avril.

Le CAC 40 se lancera dans un petit régime !

L’impact sera très fort, avec des dividendes plus importants qu’en 2015 :

  • 3% détachés et un Cac 20% plus bas que l’an dernier.

On va perdre 130 pts d’ici début juillet. !

  • 3% c’est énorme, comparé aux rendements des obligations d’Etat.
Publié dans Analyse fondamentale, Economie | Un commentaire

L’Afrique aide le monde !

Publié dans Economie | Laisser un commentaire