Notre ami Peter Schiff

Peter Schiff avait prédit la crise 2006-2007 par jaar2000

Publié dans Economie, Video | Laisser un commentaire

Bien qu’on en parle ,augmenter les taux d’intérêts directeurs semblerait ,en l’état actuel des choses ,pour le moins suicidaire !

Econovie

« Augmenter ou ne pas augmenter les taux directeurs: telle est la question… »

  • Citation reprise par Janet Yellen à partir de la célèbre pièce de William Shakespeare … « On ne fait pas d’ Hamlet sans casser des œufs »
  • (ni d’augmentation des taux  directeurs,d’ailleurs…)

Effets d’une hausse des taux directeurs.

  • Les taux d’intérêts directeurs sont des taux gérés par les Banques Centrales.
  • Ces mêmes Banques Centrales prêtent, en cas de besoin de liquidités, aux banques commerciales (type BNP, Société Générale).
  • Les taux directeurs mesurent donc le coût de refinancement pour les banques commerciales.
  • Le but d’une hausse des taux est bien souvent de calmer l’accord de crédits par les banques commerciales en alourdissant leur charge de refinancement.
  • En tant que véritable régulateur du prix du crédit, la hausse ou la baisse de ces taux va avoir des impacts conséquents (notre modèle économique est aujourd’hui basé sur le crédit).
  • Ces impacts vont se transmettre à l’économie et aux marchés financiers à travers plusieurs canaux de transmission.

Voici donc les principaux effets économiques et financiers d’une hausse des taux directeurs.

- Canal des ménages et entreprises

  • En ce qui concerne les ménages, avec des taux d’intérêts élevés, la tendance va se diriger vers l’épargne.
  • Des taux attractifs, plus rémunérateurs, vont prendre le dessus sur le consommation.
  • Concernant les ménages qui ont contracté des emprunts à taux variables, ils vont voir leurs charges de remboursement augmenter, donc leur revenus disponible chuter.
  • Du côté des entreprises, la hausse des taux va avoir des effets négatifs sur l’investissement.
  • Une hausse des taux directeurs signifie que le crédit est plus cher.
  • Les entreprises, comme les ménages, préféreront placer leur argent que d’emprunter pour investir.
  • A travers ce canal, l’investissement des entreprises va se réduire, tout comme la consommation des ménages.
  • Or, ces deux notions sont deux composantes de la croissance économique.

- Canal des taux de change

  • Une hausse des taux va attirer des capitaux étrangers, puisque les placements seront plus rémunérateurs.
  • L’arrivée massive de capitaux étrangers dans le circuit national va avoir pour conséquence d’élever le taux de change de la monnaie nationale.
  • Celle-ci est plus recherchée, plus sollicitée.
  • Cette demande forte va augmenter la valeur de la monnaie.
  • De ce fait, les exportations vont automatiquement se réduirent (comme cela a été le cas récemment pour la France avec la montée de l’Euro face au dollar) : Avec une monnaie forte, les entreprises étrangères devront payer plus pour importer nos produits.
  • Or, l’exportation est également une composante forte de la croissance économique.

- Canal des cours d’actions

  • En règle général, une hausse des taux est mal apprécié par les marchés financiers.
  • La liquidité étant plus difficile à obtenir (crédit plus cher), les porteurs d’actions vont avoir le réflexe de vendre leur actions (les actions restent toujours un titre liquide)pour justement obtenir de la liquidité.
  • Ces ventes vont peser sur les cours et vont les faire chuter (loi de l’offre et la demande).
  • De plus, des taux plus élevés sont des charges financières plus contraignantes pour les entreprises.
  • Ce contexte ne donne pas confiance aux investisseurs : ventes de titres.
  • Or, la baisse des cours créer un contexte défavorable pour les entreprises.

Les effets d’une hausse des taux sont donc concrets.

  • La hausse des taux est très souvent utilisée pour calmer une activité en surchauffe, susceptible de créer de l’inflation.
  • En calmant l’activité des ménages et des entreprises, les Banques Centrales souhaitent calmer la demande et ainsi calmer les prix.
  • Une hausse des taux d’intérêts directeurs est donc un acte principalement anti-inflationniste.

Depuis des mois, la tendance est évidemment largement à la baisse.

Dans des économies en récession, les Banques Centrales souhaitent redynamiser les activités en accordant plus de crédit, pour favoriser l’investissement et la consommation.

Difficile pour la BCE et la FED (Banque Centrale américaine) de sortir de leur politique de taux zéro.

  • La gestion des taux d’intérêts directeur est faite pas les Banques Centrales.
  • Les Etats ne sont donc pas décideurs à ce niveau là.
Publié dans Economie | Laisser un commentaire

Chômage,Robots ,Automates et QE Ad vitam æternam

M2785988

Les banques centrales semblent condamnées à faire des QE Ad vitam æternam

  • Car la mondialisation effrénée de ces 3 dernières décennies a profondément bouleversé l’économie mondiale et le modèle basé sur le progrès à l’occidentale est en train de vivre ses derniers instants …
  • Il sera remplacé par un système basé sur la précarité et l’incertitude permanente qui entraînera une réduction massive des salaires et de la protection sociale …

En fait on a abandonné le modèle « Ford » qui a été remplacé par le modèle « Wal Mart »

  • Ce système dont tous les mondialistes nous font l’apologie matin , midi et soir : plus de concurrence, baisse des coûts, taille dans les effectifs, augmentation de la productivité, baisse des cotisations sociales et des impôts ….
  • L’économie mondiale est atteinte du syndrome Wal-Mart qui se caractérise par :
  • - un écrasement des prix pour le bonheur des consommateurs mais au prix d’une distribution massive de produits réalisés dans les pays à bas coûts ;
  • - un bénéfice mitigé pour les USA puisque de nombreuses entreprises locales ont dû fermer leurs portes par manque e compétitivité ;
  • - des licenciements massifs pour les salariés de ces entreprises qui en sont réduits à accepter des emplois chez Wal-Mart moins bien payés ( jusqu’à 50 % de moins sur la fiche de paie !! )

Même les métiers ,qui faisaient rêver,de la nouvelle économie commencent déjà à disparaître

  • - Auxiliaire de vie
  • - Livreur de pizza

  • - Manutentionnaire dans les entrepôts d’Amazon
  • - Serveur chez Mc Do
  • - Caissière chez LIDL ….

  • sont remplacés par des automates et des robots.
  • Il ne va pas rester grand chose comme emplois …

Bref, c’est pas avec ça qu’on va pouvoir financer les retraites des papys boomers …

  • Il faudra faire cotiser les robots et les automates aux comptes sociaux, sinon on pourra pas financer les retraites et la dépendance des papys boomers …

Dans ces conditions , si on attend que les ménages se (re)mettent à consommer et à s’endetter comme avant, on peut attendre encore longtemps .

  • Le crédit ne redémarrera pas pour la bonne et simple raison qu’en pleine déflation personne n’aura l’idée d’aller s’endetter surtout si c’est pour acheter des biens non durables ….
  • Leur modèle de la consommation à crédit est obsolète car avec la crise les consommateurs ont profondément changé leurs modes de consommation :
  • pour se déplacer le covoiturage prend de plus en plus de place on privilégie le partage des services ou des ressources ( matériel de bricolage …)
  • les sites de vente de biens d’occasion se multiplient et voient leur activité exploser ( cf le bon coin … )

Il faut arrêter d’essayer de nous faire croire que la société de (sur)consommation repartira comme avant …c’est un mensonge ..

Pour la suite on attend le krach obligataire ,dès que la FED commencera à remonter ses taux

La BCE ne pourra pas empêcher la débandade….

Publié dans Economie, Robot, Video | 2 commentaires

Les dirigeants des grandes banques commencent à s’inquiéter …!

Philippe Herlin

Ca devient inquiétant, les dirigeants de grandes banques disent craindre une bulle financière.

  • Le dernier communiqué du World Economic Forum  est signé par une vingtaine de responsables de grandes institutions financières internationales (UBS, HSBC,Deutsche Bank, Generali, Suisse Reinsurance, Deutsche Börse, BlackRock).

Ces dirigeants du monde bancaire et financier alertent sur le risque d’une bulle financière.

  • Ils s’inquiètent des conséquences des taux très bas sur la stabilité financière mondiale.

Les grands « institutionnels » dénoncent le danger des taux zéro des banques centrales .

  • « La stabilité financière est un bien commun essentiel et bénéficie à tous les membres de la société » rappellent les signataires, ils expliquent que les banques centrales doivent pouvoir adapter leurs taux d’intérêt en cas de formation d’une bulle sur un marché, comme cela a été le cas par le passé.
  • Mais en s’étant engagé dans une politique de taux zéro, les autorités monétaires se retrouvent pieds et poings liés : par définition elles ne peuvent plus baisser les taux, tandis qu’une hausse significative provoquerait trop de dégâts (notamment un effondrement de la valeur des obligations émises à taux faibles, et donc des pertes gigantesques pour le système financier).
  • La régulation se focalise trop sur le secteur bancaire traditionnel et fait l’impasse sur la finance parallèle, source de risque systémique.

En attendant, la bulle grossit…

Les banques centrales elles-mêmes semblent se rendre compte du danger.

  • Récemment, Janet Yellen estimait que les prix des actions sont « relativement élevés ».
  • Devant une timide remontée des taux en zone euro, Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, veut accélérer la politique d’assouplissement quantitatif (60 milliards d’euros de QE par mois) dès les mois de mai et juin.

Les responsables de la Fed et de la BCE semblent nourrir quelques inquiétudes.

  • L’existence d’une bulle massive sur les marchés financiers, sur les obligations comme sur les actions, ne fait plus vraiment de doute parmi les grands responsables du monde bancaire et financier.

Les grandes banques s’inquiètent sérieusement d’une réédition du krach de 2008.

  • Il n’est pas du tout certain que les plans de sauvetage permettront d’éviter des faillites bancaires.


Tout le monde danse sur un volcan et la terre commence à trembler.

Publié dans Economie | Laisser un commentaire

Un indice à suivre …Le Skyscraper Index

En Chine, la construction de Sky City, qui devrait être le plus haut bâtiment du monde, débutera en Juin.

Il est prévu d’augmenter à 838 mètres.

Le Skyscraper Index qu’on pourrait traduire en français par « Indice Gratte-ciel », est une théorie élaborée par Andrew Lawrence en 19991 selon laquelle il existe une corrélation entre la construction d’immeubles de très grande hauteur et les crises économiques.

Selon lui, les gratte-ciel les plus hauts du monde se construiraient à la fin de cycles économiques, et seraient annonciateurs d’une récession économique importante.

Skyscraper Index de Barclays suggère que booms de la construction, en particulier ceux mis en évidence par records gratte-ciel, coïncident avec le début du ralentissement économique.

L’indice suggère même que le taux d’augmentation de la hauteur pourrait également refléter l’ampleur de cette crise économique.

Le Skyscraper Index pour sauter d’encore plus haut.

Publié dans Economie, Video | Laisser un commentaire

Les plus riches sont de plus en plus riches et cela n’est pas sans incidences…

www.lemonde.fr

Les inégalités se creusent dans le monde .

  • Un rapport de l’OCDE montre que le revenu des 10 % les plus riches est aujourd’hui 9,6 fois plus élevé que celui des 10 % les plus pauvres.
  • Dans les années 1980, ce multiplicateur était de 7.

Les inégalités ne sont pas seulement dommageables à la cohésion sociale.

  • Elles nuisent à la croissance : leur augmentation entre 1985 et 2005 a coûté en moyenne près de 4,7 points de croissance cumulée dans les pays avancés.
  • Dans ce domaine, c’est moins l’envolée des revenus et de la richesse des 1 % les plus fortunés qui importe que le sort réservé aux 40 % les plus défavorisés, dont la mobilité sociale et professionnelle se trouve réduite.

Réduire le fossé entre riches et pauvres et offrir à tous des possibilités de développement supposent, pour l’OCDE, que les responsables politiques agissent dans quatre directions :

  • accroître la participation des femmes au marché du travail,
  • promouvoir l’emploi et un emploi de qualité,
  • développer l’éducation et les compétences,
  • mettre en place une politique de redistribution efficace visant notamment à ce que « les personnes plus riches et les firmes multinationales assument leur part du fardeau fiscal ».
Publié dans Economie | Un commentaire

Quelques paramètres optimisés pour le CAC 40 au 20.05.2015

Pour le moment avec ces paramètres optimisés le CAC 40 reste dans sa tendance Haussièretout du moins tant qu’il ne franchit pas ces indicateurs à la baisse

Cliquer sur les images pour les agrandir

Boursorama

Publié dans Analyse technique | Laisser un commentaire

Notre Ami Philippe Béchade

Philippe Bechade, rédacteur en chef de La Bourse au Quotidien, revient sur la hausse des marchés américains qu’il juge totalement tronquée, ainsi que sur la hausse des taux longs, conséquence de la politique de la BCE.

Publié dans Economie, Video | Laisser un commentaire

Il y a plus de 28.000 $ de dette pour chaque homme, femme et enfant sur la planète entière….!

Le ratio de la dette au PIB pour le monde entier est de 286 %

Par Michael Snyder

Il y a plus de 28.000 $ de dette pour chaque homme, femme et enfant sur la planète entière.

  • Et depuis près de 3 milliards de ces personnes survivent avec moins de 2 dollars par jour.

Le montant total de la dette sur notre planète a augmenté  de 142 trillion de dollars à la fin de 2007 à 199 trillion dollars aujourd’hui.

  • Ceci est la plus grande montagne de la dette dans l’histoire du monde, et ces chiffres signifie que nous sommes dans un état ​​bien pire que ce que nous étions juste avant la dernière crise financière.
  • Juste avant la dernière récession, la dette nationale des États-Unis était d’environ 9 trillion de dollars ….Aujourd’hui, elle a franchi les  18 trillion de dollars .

Les États-Unis ne sont pas le seul qui est coupable.

  • Les niveaux d’endettement ont augmenté dans toutes les grandes économies depuis 2007.

Sept ans après l’éclatement d’une bulle du crédit mondial qui a entraîné la pire crise financière depuis la Grande Dépression, la dette continue de croître.

En fait, plutôt que de réduire l’endettement , toutes les grandes économies ont aujourd’hui des niveaux plus élevés de leur emprunt par rapport au PIB qu’ils ne l’avait en 2007.

Cela pose de nouveaux risques pour la stabilité financière et risquent de saper la croissance économique mondiale.

Ce qui est surprenant est que la dette a en fait augmenté le plus en Chine.

  • La dette totale de la Chine est passée de 7 trillion de dollars en 2007 à 28 trillion de dollars aujourd’hui.
  • La dette de la Chine a quadruplé depuis 2007.
  • A 282 % du PIB, la dette de la Chine est plus grande que celle des États-Unis ou de l’ Allemagne.
  • Trois évolutions sont potentiellement inquiétant: la moitié de tous les prêts sont liés, directement ou indirectement, à la surchauffe du marché immobilier de la Chine,aux comptes bancaires  non réglementée pour près de la moitié des nouveaux prêts
  • La dette de nombreux gouvernements locaux est probablement insoutenable.
  • Cependant, le gouvernement de la Chine a la capacité de renflouer le secteur financier si une crise de la dette liée à la propriété se développait.
  • Le défi sera de contenir les augmentations futures de la dette et de réduire les risques d’une telle crise, sans mettre les freins sur la croissance économique.

Une bulle financière géante se constitue et son explosion produira un reveil douloureux a Wall Street

  • La situation actuelle est bien pire qu’en 2000 ou 2007, et avec des taux d’intérêt proches ou à zéro, les banques centrales ont déjà utilisé leurs munitions.
  • De plus, la dette totale, notamment l’endettement des gouvernements, est beaucoup plus élevé que jamais auparavant .
  • Mais pour le moment, la bulle ridicule du marché boursier continue.
  • Malheureusement, la vérité est que Wall Street se dirige vers un réveil très douloureux.
  • Ce que nous vivons en ce moment est la plus grande bulle financière de tous les temps.
  • Ce qui se dessine va être le plus grand krach financier de tous les temps.
  • les 199.000.000.000.000 dollars de la dette sont  sur le point d’éclater, et la douleur de cette catastrophe seront ressentis par chaque homme, femme et enfant sur la planète entière.

Il est important de descendre du « bus » à temps

Publié dans Economie | 4 commentaires

Comparatif des bonds du tresor US a 10 ans et le Prix du Brent

Cliquer sur le graphique pour acceder à la source

Forte corrélation entre  les bonds du trésor a 10 US et le Prix du Brent

On observe un léger décalage

( les 10-Yr T-Note prenant un peu d’avance sur le Brent)

Publié dans Analyse technique, Economie, Energie, Matières Premières, Monnaies | Un commentaire